Fibrillation auriculaire non valvulaire

Le risque d’hémorragie n’est pas plus important avec les NACO qu’avec les AVK  Abonné

Publié le 16/04/2015
Des données de plus de 17 000 patients

Des données de plus de 17 000 patients
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

En juillet 2014, les premiers résultats de NACORA-Switch semblaient indiquer que les anticoagulants oraux à action directe (NACO) ne présentent pas plus de risque d’hémorragie sévère, d’AVC ischémique, d’embolie ou d’infarctus du myocarde que les antivitamines K (AVK), chez les patients souffrant de fibrillation atriale non valvulaire. Dans un article paru dans le « Lancet Heamatology », le Dr kim Bouillon et ses collègues du pôle épidémiologie des produits de santé de l’ANSM confirment ces premières données après un suivi médian de 10 mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte