Mort subite inexpliquée du nourrisson

Le risque de récurrence familiale est faible

Publié le 21/06/2007
- Mis à jour le 21/06/2007
1276106856F_Img273062.jpg

1276106856F_Img273062.jpg

ENVIRON deux tiers des décès soudains de nouveau-nés demeurent inexpliqués même après l'anamnèse et l'autopsie. Ils sont catalogués comme Msin (mort subite inexpliquée du nourrisson).

Il arrive qu'un second décès subit de nourrisson se produise dans la même famille. Est-ce une autre Msin ? Ou existe-t-il une cause non décelée lors du premier décès de nourrisson ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?