Le retard de la recherche préclinique sur le saut d'exon

Publié le 12/12/2007
- Mis à jour le 12/12/2007

C'était en décembre 2004 : une équipe française* dirigée par Olivier Danos et Luis Garcia mettait au point le « saut d'exon », une technique innovante permettant de rétablir durablement la synthèse d'une forme fonctionnelle de la dystrophine dans les cellules musculaires de souris modélisant la myopathie de Duchenne (voir schéma).

«Des essais cliniques pourraient être mis en place chez l'homme dans les deux ans», déclarait alors au « Quotidien » le Dr Danos.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?