Le récepteur du VIP mis en cause dans la schizophrénie

Publié le 24/02/2011
1298555818230634_IMG_54911_HR.jpg

1298555818230634_IMG_54911_HR.jpg
Crédit photo : @ PHANIE

Dans ce travail soutenu par le NIH (National Institutes for Health) américain, des patients atteints de schizophrénie étaient 14 fois plus à risque que les sujets contrôles de présenter de multiples copies du gène de VIPR2, qui code le récepteur du VIP (Vasoactive Intestinal Peptide). L’équipe de Jonathan Sebat (Université de Californie de San Diego) a en effet identifié une variation du nombre de copies de VIPR2 chez 29 patients schizophrènes sur 8 290 testés (0,35 %) mais chez seulement 2 sujets contrôles sur 7 431.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)