Le rat sain à qui on a greffé un cœur malade

Publié le 02/04/2012

Les effets d’un état morbide sur les cardiomyocytes ne sont pas permanents ; la mise au repos du cœur peut faire rétrocéder les anomalies de l’insuffisance cardiaque. Cela est connu et montré depuis 2006, par l’implantation d’une pompe d’assistance ventriculaire. Des chercheurs de l’Imperial College, conduits par Cesare Terraciano, ont étudié une mise au repos total d’un cœur en état d’IVG chez des rats. Il a suffi pour cela de greffer en dérivation à un rat sain un deuxième cœur malade, ce dernier ne battant pas, mais recevant son irrigation sanguine. Au terme d’une période de repos, les chercheurs ont observé des modifications structurelles au niveau cellulaire, conduisant à un rétablissement de la contractilité. Les modifications les plus sensibles s’observent au niveau des tubules, dont le nombre s’accroît. « C’est la première démonstration du remodelage des cellules cardiaques dans l’insuffisance cardiaque », se félicitent les auteurs. « Si nous parvenons à découvrir le mécanisme moléculaire, cela devrait aboutir à de nouvelles stratégies thérapeutiques. »

European Journal of Heart Failure, 1er avril 2012.

 Dr BÉ. V.

Source : lequotidiendumedecin.fr