Le Pr Lantieri serait dans le collimateur de l’IGAS

Publié le 04/02/2014

Le spécialiste de la greffe de visage n’aurait pas respecté la suspension d’exercice libéral que lui avait infligée l’ARS d’Ile-de-France au mois de février 2013. Il serait visé depuis peu par une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), affirme « le Parisien » dans un article publié ce mardi 4 février.

Le Pr Lantieri avait été sanctionné pour ne pas avoir versé à l’hôpital Henri-Mondor la redevance à laquelle il est soumis dans le cadre de son exercice libéral dans cet établissement (avant son arrivée à l’hôpital européen Georges-Pompidou en 2012).

Un « mauvais système »

Le médecin s’en était expliqué dans le « JDD ». Il reconnaissait être en désaccord avec la direction de l’établissement qui, selon lui, refusait de lui payer ses gardes. Il en profitait pour dénoncer ce qu’il appelait le « mauvais » système de paiement des médecins hospitaliers.

Le chirurgien avait été suspendu quatre mois à partir du 1er avril 2013. Selon « le Parisien », il « serait passé outre cette interdiction, en continuant à recevoir et à opérer des patients privés ». L’Igas aurait été alerté par un patient à qui un paiement au noir aurait été demandé par un médecin du service du Pr Lantieri.

S. L.

Source : lequotidiendumedecin.fr