Préservation de la fertilité féminine

Le plaidoyer de Frydman  Abonné

Publié le 05/04/2012
1333588791339145_IMG_81447_HR.jpg

1333588791339145_IMG_81447_HR.jpg
Crédit photo : AFP

« ENTRE la congélation lente et la vitrification, il n’y a pas de quoi faire une guerre de tranchée ». Par cette boutade, le Pr Frydman tient à mettre les points sur les i. La cryoconservation et la vitrification ne sont que des techniques, aux destins certes différents. La congélation lente d’un embryon a donné lieu à une première naissance en 1986 puis est restée en jachère et, dans l’état actuel des recherches en France, est difficilement applicable à un ovocyte (ce qui n’est pas le cas en Italie, Espagne, ou États-Unis).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte