La bataille des législatives

Le « noir dessein » prêté à Sarkozy

Publié le 22/05/2007
- Mis à jour le 22/05/2007
1276102379F_Img264840.jpg

1276102379F_Img264840.jpg

UNE FORTE MAJORITÉ convient à n'importe quel gouvernement. Et on n'a jamais vu de majorité rendre à la minorité quelques sièges par politesse ou par mansuétude. L'argument de la gauche traduit une faiblesse insigne, peut-être sans précédent : c'est tout juste si elle n'annonce pas elle-même sa défaite pour dénoncer les « manoeuvres » de Sarkozy. Il est surprenant qu'elle ne prenne pas acte d'un échec à la présidentielle qui ne sanctionnait en définitive que le vide de son projet et son incapacité à prendre en marche le train du changement, qui va vite.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?