Le moratoire sur la circoncision religieuse se propage

Publié le 20/07/2012

Après l’Allemagne, ce sont des hôpitaux suisses qui ont décidé d’instaurer un moratoire sur les circoncisions d’ordre religieux pour évaluer l’aspect juridique et éthique de cette pratique. L’hôpital pédiatrique de Zurich, la plus grande ville de la Suisse, a décidé d’imposer ce moratoire après le jugement rendu en juin par le tribunal de grande instance de Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne. « Nous sommes en train d’évaluer la situation juridique en Suisse, mais aussi l’aspect éthique. Il y a par exemple des situations compliquées où la mère d’un enfant veut une circoncision alors que le père y est opposé », explique le porte-parole du Kinderspital Zürich.

L’hôpital pédiatrique de Saint-Gall, dans l’est de la Suisse, est également en train d’évaluer la situation et prendra une décision après la période estivale. Ces moratoires ne constituent cependant pas un obstacle à la circoncision religieuse en Suisse, qui reste un acte médical payant et peut être effectué dans tout autre hôpital de la Confédération, a insisté le porte-parole de l’hôpital zurichois. « La majorité des patients de confession juive se rendent chez des spécialistes médicaux reconnus par leur communauté », a-t-il ajouté.

En Allemagne, l’ampleur de la polémique déclenchée par le jugement de Cologne a obligé le gouvernement à monter au créneau. « La liberté des activités religieuses est un droit auquel nous sommes très attachés », a déclaré, le 13 juillet, Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, assurant que son gouvernement voulait trouver une solution.

S. H. (avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr