Le médecin poursuivi pour avoir opéré à l’hôpital sans diplôme est en règle

Publié le 01/06/2012

Une enquête a été ouverte contre un médecin généraliste de l’hôpital de Sarrebourg (Moselle), suspecté d’avoir exercé pendant plusieurs années la chirurgie orthopédique sans en avoir les diplômes, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Metz. « L’enquête a été ouverte pour usurpation de titre, de diplôme ou de qualité, ainsi que pour violences sans incapacité totale de travail », a indiqué à l’AFP le procureur de Metz, Pierre-Yves Couilleau. Il est reproché au médecin généraliste d’avoir opéré environ un millier de patients, au moins de 2007 à décembre 2011, date à laquelle son absence de diplôme a été signalée à l’hôpital par le Conseil de l’ordre des médecins de Moselle. Mais, selon une plainte déposée début mai, le praticien n’a pas changé ses pratiques. « Il continue d’opérer comme avant », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier. Le Conseil de l’Ordre de Moselle se refuse à tout commentaire. Interrogé par l’AFP, l’avocat de l’Ordre, Me Stanislas Louvel, explique toutefois que le Conseil départemental a « mené une enquête interne fin 2011 » lorsqu’il s’est aperçu que le médecin « n’était pas régulièrement inscrit ». Et début 2012, « la commission nationale a validé son titre de chirurgien orthopédique », a indiqué l’avocat. « Il y avait en effet un problème administratif, mais ça ne remet en rien les capacités professionnelles. Depuis sa régularisation, il est aujourd’hui en règle de manière parfaite avec l’Ordre départemental », a insisté Me Louvel, qui évoque « une querelle de médecins » à l’origine de l’affaire.

L’avocat d’une plaignante, Me David Martin persiste. Selon lui, le soignant mis en cause a « opéré illégalement pendant au moins cinq ans » et conteste la légitimité de l’Ordre : « On peut quand même se poser des questions: le Conseil de l’ordre est-il légitime à valider l’expérience professionnelle d’un généraliste, alors qu’elle est exercée dans le cadre d’une infraction pénale », interroge-t-il.

 Dr L. A. (selon l’AFP, article mis à jour à 15h00)

Source : lequotidiendumedecin.fr