IDEES - Jacques Derrida

Le maître à penser post-68  Abonné

Publié le 23/11/2010
1290477952205281_IMG_48683_HR.jpg

1290477952205281_IMG_48683_HR.jpg

IL Y A DANS UNE VIE de grands traumas, ce sont, disait Bergson, « les coups de timbales qui éclatent de loin en loin dans la symphonie ». De l’aveu même du petit Jackie devenu Jacques, on en trouvera trois forts.

Un matin d’octobre 1942, le lycée de Ben Aknoun, du côté d’Alger, n’ouvre pas ses portes au petit Jackie, on n’admet plus que 7 % d’élèves juifs : « Rentre chez toi mon petit. »« Une blessure qui ne se cicatrisa jamais », dit-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte