Cardiomyopathie hypertrophique

Le losartan sans effet dans l’étude INHERIT  Abonné

Publié le 26/01/2015
À un an la masse du ventricule gauche n'a pas été modifiée

À un an la masse du ventricule gauche n'a pas été modifiée
Crédit photo : PHANIE

L’étude monocentrique INHERIT a duré 12 mois. Contrôlée, en double aveugle, elle a inclus 133 adultes atteints de cardiomyopathie hypertrophique (CMH), randomisés 1/1 losartan 100 mg/j (n = 64) versus placebo (n = 69). Le critère de jugement principal était une diminution de l’hypertrophie ventriculaire gauche (HVG) à l’IRM (ou au scanner, si le défibrillateur est implanté). L’IRM limitait le nombre de patients nécessaires pour détecter un changement de la masse du VG› 12 g/m2.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte