Syndrome de Marfan

Le losartan ne fait pas mieux que l’aténolol  Abonné

Publié le 26/01/2015

La dissection aortique est l’une des principales causes de décès dans le syndrome de Marfan. Sa prévention se fonde sur l’administration d’un bêtabloquant. Des études récentes avaient suggéré que les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine 2 (ARA 2) pourraient avoir une efficacité supérieure à celle des bêtabloquants, ce qui a conduit une équipe américaine à comparer un bêtabloquant, l’aténolol, et un ARA 2, le losartan, dans ce contexte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte