Conseil au futur opéré fumeur

Le jeûne tabagique est un minimum

Publié le 01/03/2007
- Mis à jour le 01/03/2007
1276106050F_Img250514.jpg

1276106050F_Img250514.jpg

Le tabagisme est responsable d'une augmentation importante du risque opératoire. L'arrêt périopératoire est bénéfique, mais insuffisamment préconisé. En cas de chirurgie programmée, le minimum est de recommander un « jeûne tabagique », au même titre que le jeûne alimentaire.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?