Médecine et nazisme à Strasbourg

Le devoir de mémoire indispensable au cœur de la réflexion bioéthique

Publié le 18/02/2019
nazisme

nazisme
Crédit photo : AFP

Rédigé au lendemain de la découverte des atrocités commises par les médecins nazis dans les camps de concentration, le « Code de Nuremberg » constitue le point de départ de la législation bioéthique internationale. Ses principes absolus, dont l’information et le consentement des personnes se prêtant à la recherche, forment désormais un rempart aux dérives de toute médecine qui, comme celle des nazis, s’affranchirait de ces règles.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?