Staphylocoque résistant

Le dépistage des soignants, une fausse bonne idée

Publié le 13/06/2007
- Mis à jour le 13/06/2007

L'EXERCICE de la chirurgie ostéo-articulaire s'accompagne d'une obsession : la prévention des infections nosocomiales. Plus particulièrement celle des infections staphylococciques, surtout si elles proviennent d'un staphylocoque doré résistant à la méthicilline (Sarm). Le dernier « Journal of Bone and Joint Surgery », revue britannique, consacre à cet effort de prévention une étude originale et un éditorial.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?