Le Conseil de Paris pour l’abandon du perchloroéthylène dans les pressings

Publié le 20/03/2012

Le Conseil de Paris a adopté lundi à l’unanimité un vœu des élus Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) pour l’abandon progressif du perchloroéthylène dans les pressings parisiens au profit de technologies alternatives sans solvant. Actuellement, 90 % des 500 pressings de la capitale utilisent le perchloroéthylène dans le cadre du nettoyage à sec de textiles. L’exposition à ce produit classé comme « cancérogène probable », peut causer une irritation des voies respiratoires et des yeux, des vertiges, nausées, maux de tête, perte de mémoire, somnolence, perte de connaissance, voire la mort comme le cas reconnu d’une Niçoise riveraine d’un pressing. « Les vapeurs de perchloroéthylène sortant des machines sont susceptibles de migrer à travers le béton et les planchers, exposant potentiellement les riverains jusque 5 étages au-dessus des exploitations », font remarquer les élus EELV. Tandis qu’un renforcement de la réglementation encadrant l’installation et l’exploitation des pressings est à l’étude au ministère de l’Écologie, le vœu EELV adopté au Conseil de Paris préconise des actions de sensibilisation et de formation des professionnels sur les risques liés à l’utilisation de ce produit, la recherche de dispositifs d’aide à la conversion technologique, ainsi que le développement des diagnostics de qualité de l’air dans les locaux professionnels et les logements riverains. Enfin, les élus EELV réclament dans leur vœu que les services d’inspection des installations classées de la préfecture de police « communiquent les données disponibles concernant l’exposition des travailleurs et des riverains de pressing à Paris » tout en publiant un « bilan des infractions à la réglementation constatées et des mesures de protection prises ».

D. B.

Source : lequotidiendumedecin.fr