Les espoirs déçus du létrozole

Le Clomid garde l’avantage dans l’infertilité inexpliquée  Abonné

Publié le 24/09/2015

Le létrozole n’a pas tenu ses promesses pour l’induction de l’ovulation dans le traitement de l’infertilité. Le NICHD Repoductive Medicine Network, une équipe des National Institutes of Health américains, montre sur 900 couples dans une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine » que l’inhibiteur de l’aromatase fait moins bien que le traditionnel clomiphène. En juillet 2014, la même équipe avait suggéré dans le même journal que le létrozole pouvait être une alternative valable dans le syndrome des ovaires polykystiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte