Des effets différents en prise aiguë et chronique

Le Captagon expose à un risque de troubles psychotiques  Abonné

Publié le 18/01/2016

Crédit photo : AFP

Les récents attentats revendiqués par l’État islamique ne cessent de poser question sur les tenants de comportement subitement extrême. Radicalisation, embrigadement, lavage de cerveau, fanatisme religieux, fragilités psychiques, quête identitaire, cela suffit-il à expliquer le déchaînement de violence froide d’individus jusque-là « sans histoire » ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte