Lassés de ne rien voir venir, les centres de santé lancent leur « pacte d’avenir »

Publié le 05/03/2014
1394033763503633_IMG_124463_HR.jpg

1394033763503633_IMG_124463_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

Plusieurs responsables nationaux des centres de santé ont exprimé leur impatience, ce mercredi 5 mars, et dénoncé « l’immobilisme » qui prévaut actuellement dans la mise en place de réformes destinées à consolider leurs structures. « Nous avons décidé de pousser un coup de gueule », prévient le Dr Éric May, président de l’Union syndicale des médecins de centres de santé.

« L’accord national qui nous lie à l’assurance-maladie a été signé en 2003, rappelle le Dr Richard Lopez, président de la Fédération nationale des centres de santé. Il était valable cinq ans, et l’Assurance-maladie renâcle toujours à le renégocier ».

Arsenal juridique suffisant

Éric May n’est pas en reste : « 7 mois après les préconisations du rapport de l’IGAS, rien ne s’est concrétisé. Il y a de plus des annonces fortes qui nous concernent dans le pacte Territoire-Santé et dans la stratégie nationale de santé, mais rien ne suit. » De son côté, le Dr Fabien Cohen, secrétaire général du Syndicat national des chirurgiens-dentistes des centres de santé, rappelle que « l’arsenal juridique existant est suffisant pour apporter une réponse aux problèmes des centres de santé, pas besoin de nouveaux textes ».

Pendant ce temps-là, poursuivent les trois syndicalistes, la situation financière fragile des centres de santé continue de se détériorer, alors que des mesures simples pourraient les renforcer.

Les trois organisations syndicales ont donc mis en ligne une pétition pour soutenir la création d’un « pacte d’avenir des Centres de santé ».

Ce texte, qui a vocation à être signé par la ministre de la Santé et l’Assurance-maladie, liste un certain nombre de mesures propres à pérenniser ces centres, au premier rang desquelles figure le financement « des missions dévolues aux centres de santé : prévention, promotion de la santé, éducation thérapeutique, accessibilité sociale ».

Elles demandent également que l’une des préconisations du rapport de l’IGAS, « transformer l’option de coordination (peu utilisée par les centres de santé du fait de sa lourdeur) en forfait de gestion regroupée », soit mise en œuvre sans délai.

Le pacte complet et la pétition sont en ligne sur le site de la FNCS.

H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr