Contrefaçon du médicament

L’arsenal juridique contre les trafiquants se renforce lentement

Par Henri de Saint Roman
Publié le 28/09/2015
- Mis à jour le 12/07/2019
Le trafic de faux médicaments, jusqu'à vingt fois plus lucratif que le trafic de drogue

Le trafic de faux médicaments, jusqu'à vingt fois plus lucratif que le trafic de drogue
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

Pour 1 000 euros investis, un trafiquant de drogue peut espérer gagner 20 000 euros. Dans le même temps, un contrefacteur (tous produits confondus) peut empocher entre 200 000 et 500 000 euros avec la même mise de départ, tout en encourant des peines bien moindres. Bernard Brochand, député « Les Républicains » des Alpes-Maritimes et ancien président du comité national anti-contrefaçon (CNAC) a posé les bases du problème lors d’un récent colloque, à Paris.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?