L’AP-HP va vendre des actifs immobiliers

Publié le 15/12/2011
1323967308310887_IMG_74391_HR.jpg

1323967308310887_IMG_74391_HR.jpg
Crédit photo : © AFP

Le conseil de surveillance du CHU a rendu un avis favorable le 14 décembre. Colère de la CGT, le syndicat majoritaire : « Nous avons voté contre car ces recettes viendront combler un déficit fabriqué par l’État alors qu’il s’agit d’un patrimoine social issu de dons faits pour remercier le dévouement des agents, explique Rose-May Rousseau (CGT-santé de l’AP-HP). Nous demandons qu’une partie des fonds aille à la politique sociale, et non dans le gouffre du déficit. »

Le conseil de surveillance a dressé le bilan de l’exercice budgétaire qui s’achève. L’AP-HP enregistre un résultat négatif de 130 millions d’euros. La directrice générale de l’AP-HP insiste pour que soient rapidement débloqués les crédits MIGAC (missions d’intérêt général et aides à la contractualisation) gelés en cours d’année, soit 35 millions d’euros. « Nous sommes déjà mi-décembre », s’impatiente Mireille Faugère. Claude Évin, le directeur général de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, était présent à la réunion du conseil de surveillance ; il n’aurait pas répondu sur ce point.

Un focus a été établi sur l’activité libérale des médecins de l’AP-HP. Certains ne s’acquittent pas régulièrement du versement de la redevance. Deux hôpitaux ont été pointés du doigt : l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), à Paris, et Henri-Mondor, à Créteil. « Quelques médecins "VIP" y sont en dehors des clous », déplore Rose-May Rousseau, de la CGT santé. Le sujet sera de nouveau évoqué lors du prochain conseil de surveillance, en mars 2012. L’AP-HP prépare un plan d’action pour récupérer ses fonds.

DELPHINE CHARDON

Source : lequotidiendumedecin.fr