L’AMUF scandalisée par les propos d’une directrice d’ARS mettant en cause les urgentistes

Publié le 27/01/2014
1390842641492386_IMG_121191_HR.jpg

1390842641492386_IMG_121191_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

L’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), présidée par le Dr Patrick Pelloux, a très vivement réagi aux propos de Marie-Sophie Desaulle, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de Loire, et présidente du collège des directeurs d’ARS.

Interrogée le 16 janvier dans le cadre de la mission d’information parlementaire sur la permanence des soins (PDS), Madame Desaulle s’était montrée critique vis-à-vis du travail des médecins urgentistes, parlant de leurs « pratiques extraordinairement divergentes ».

« Au sein des services d’urgences, avait-elle indiqué, il y a des pratiques différentes selon les urgentistes, voire selon leurs qualifications ». Elle avait précisé que, dans un CHU des Pays de Loire, « il y a des actes qu’un urgentiste pense être en capacité de faire lui-même, comme en gastro-entérologie ou en pneumologie. Mais dans un hôpital de proximité, l’urgentiste souhaitera avoir systématiquement l’avis d’un spécialiste ».

Émoi et indignation

Pour Patrick Pelloux, « de telles allégations ont provoqué l’émoi et l’indignation de milliers de médecins mis en cause ». L’urgentiste précise que Marie-Sophie Desaulle étant présidente du collège des directeurs d’ARS, ses propos « engagent l’ensemble des directeurs d’ARS ».

L’AMUF rappelle que « les urgentistes qui travaillent dans les établissements non CHU ne sont pas des incompétents qui demandent systématiquement des avis aux spécialistes. Ils font ce qu’ils peuvent face à la désertification médicale que des personnes comme Mme Desaulle ont permise depuis des années ».

Le Dr Patrick Pelloux sera auditionné par la mission d’information sur la PDS le 20 février prochain. Nul doute qu’il y fera entendre sa petite musique.

H.S.R.

Source : lequotidiendumedecin.fr