Le générique, ce n’est pas automatique

L’Alsace, toujours à la traîne pour la substitution  Abonné

Publié le 22/06/2015

L’Alsace est l’une des régions françaises où le taux de substitution est le plus bas. Maladresses de la communication nationale sur les génériques, défiance des patients et surtout méconnaissance du sujet : les raisons du « retard français » en matière de génériques sont bien connues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte