L’alcool ne fait pas le lit de tous les cancers de l’œsophage

Publié le 16/03/2011
1300289116237316_IMG_56619_HR.jpg

1300289116237316_IMG_56619_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

ON CONNAÎT deux sous-types histologiques principaux de cancers de l’œsophage : le carcinome à cellules squameuses (CCSO) et l’adénocarcinome (AO). Alors que l’incidence de l’AO a augmenté rapidement dans les pays occidentaux ces trente dernières années, les taux de CCSO ont diminué durant la même période.

La consommation d’alcool est un facteur de risque bien établi du CCSO. En revanche, le lien entre alcool et AO et le cancer de la jonction œsogastrique (CJOG) est moins clair.

Des chercheurs américains ont étudié les données de 11 études du consortium BEACON (Barrett’s Esophagus and Esphageal Adenocarcinoma Consortium) : 9 études cas-contrôle et 2 études de cohorte. Le recueil des données a concerné l’ingestion d’alcool, l’âge, le sexe, l’éducation, l’indice de masse corporelle, le RGO et le tabagisme.

Résultat : quel que soit le niveau d’ingestion d’alcool, il n’a pas été observé d’augmentation du risque d’AO et de CJOG. Pour les consommations les plus élevées d’alcool (7 verres ou davantage par jour), les odds ratios étaient de 0,97 pour l’AO et de 0,77 pour le CJOG. Certains résultats suggèrent qu’il existerait un lien entre consommation modérée (moins d’un verre par jour) et une diminution du risque d’AO (OR : 0,63) et de CJOG (OR : 0,78).

À l’opposé, l’alcool était fortement associé à une augmentation du risque de CCSO (OR pour 7 verres ou plus par jour : 9,62).

« Par opposition avec le CCSO, une forte consommation d’alcool n’était pas associée à une augmentation du risque d’AO et de CJOG. L’apparente association inverse entre apport modéré d’alcool devrait être évaluée dans de futures études prospectives », concluent les auteurs.

Freedman et coll., Gut (2011).

 Dr EMMANUEL DE VIEL

Source : lequotidiendumedecin.fr