Neurodégénérescence

L'action neuroprotectrice des estrogènes est isolée

Publié le 29/08/2007

UN TRAITEMENT soit par de l'estradiol, soit par un ligand à un récepteur aux estrogènes est connu pour démontrer des effets à la fois anti-inflammatoires et neuroprotecteurs dans nombre de modèles d'affections neurologiques. En revanche, une inconnue demeure : est-il possible d'obtenir une action neuroprotectrice sans créer d'effet anti-inflammatoire ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?