La tentation du transfert génétique  Abonné

Publié le 18/06/2012

LE DOPAGE génétique est peu connu. Toutefois certains spécialistes estiment que certains athlètes tentent déjà de l’utiliser. La méthode consiste non pas à administrer des substances chimiques, mais à injecter du matériel génétique. Ces fragments d’ADN se propagent rapidement par l’intermédiaire d’un vecteur, virus inoffensif, contribuent à un meilleur fonctionnement des gènes et stimulent la surproduction d’hormones et d’enzymes. Ainsi, l’EPO qui stimule la production de globules rouges, est introduit, depuis longtemps déjà, comme fragment d’ADN.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte