La silymarine, sans bénéfice sur l’évolution de l’hépatite C

Publié le 18/07/2012
1342618566365320_IMG_87864_HR.jpg

1342618566365320_IMG_87864_HR.jpg
Crédit photo : DR

Extraite des graines du Chardon-Marie, la silymarine est utilisée pour ses propriétés hépatoprotectrices comme médication alternative par les patients atteints d’hépatite chronique C : 33% d’entre eux déclarent en avoir consommé à un moment donné de l’évolution de leur maladie, seule ou en association avec l’interféron. C’est ce qui a motivé l’étude publiée dans le Jama* par une équipe de Caroline du Nord** : tester le bénéfice de la silymarine par un protocole répondant aux mêmes exigences qu’un médicament au cours d’un essai randomisé, en double aveugle, contre placebo.

Un test sur 154 malades

Cent cinquante-quatre personnes atteintes d’hépatite C ont été randomisées en trois groupes afin de recevoir la silymarine orale à raison de 400 mg/j, de 700 mg/j ou un placebo, administrés 3 fois par semaine pendant 24 semaines. Le critère primaire était le dosage des transaminases( inférieures ou égales à 45 U/L ou infériures à 65 U/L amis avec une diminution de 50 % de la concentratin initiale) .

A la fin de la période de traitement, les taux de patients ayant atteint le critère primaire étaient respectivement de 3,8 % dans le groupe placebo, de 4% dans le groupe silymarine 420 mg et de 3,8 % dans le groupe silymarine 700 mg. Les concentrations sériques de transaminases et les charges virales n’étaient pas statistiquement différentes entre les trois groupes. Enfin, les auteurs n’ont observé aucun changement sur les critères non biologiques, qualité de vie et dépression.

*Jama, édition du 18 juillet

** Michael W. Fried et coll.

Dr A.T.-M.

Source : lequotidiendumedecin.fr