La sexualité des jeunes femmes sous l’influence des magazines

Publié le 05/09/2012
1346854707368420_IMG_88576_HR.jpg

1346854707368420_IMG_88576_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Les magazines féminins, une menace pour la sexualité des jeunes femmes ? Oui si l’on en croit une étude réalisée par des chercheurs américains : les représentations quelque peu confuses de la sexualité féminine qui sont véhiculées par la culture populaire et les mass media peuvent avoir des effets problématiques sur la sécurité sanitaire et l’identité sexuelle des femmes.

« Affirmer son identité sexuelle n’est pas une tâche facile pour des jeunes femmes », expliquent les auteurs. Car elles sont confrontées à un grand nombre de messages ambivalents. D’un côté, les jeunes filles sont encouragées à s’habiller et à se comporter d’une manière sexuellement provocante, et d’un autre côté, elles ne sont pas prêtes à assumer les réactions chez les hommes que cela peut susciter. Et par-dessus tout ça, on leur inculque qu’elles seront jugées sévèrement si leur conduite est « trop sexualisée ».

Ce n’est pas la lecture des articles traitant de la sexualité et proposés par les magazines féminins ou les revues populaires qui va arranger les choses, estiment Janna Kim et Monique Ward (département de psychologie de l’Université du Michigan). Les réponses aux questionnaires des étudiantes testées dans leur étude montrent qu’exposées à ces articles, les femmes tendent à mettre au deuxième plan les dangers potentiels que l’activité sexuelle comporte (sida et MST). Et qu’elles adoptent plus facilement un comportement à risque.

Modification de la conception du plaisir

À côté de ces préoccupations en termes de santé, après la lecture de ce type d’articles, on relève des modifications de la conception du plaisir, où le plaisir de la femme serait isolé de celui du partenaire. « Les femmes sont incitées à donner une priorité à leur désir sexuel pour leur propre bien, sans tenir compte particulièrement de celui de leur partenaire masculin. »

Les auteurs notent aussi que « quand elles sont exposées à des textes explicites sur l’affirmation de soi en matière de sexualité, tels qu’ils sont présentés par les magazines féminins, les lectrices considèrent d’un œil plus favorable les aptitudes des femmes à agir en fonction de leur unique désir ».

Et les auteurs remarquent aussi, qu’après avoir lu les articles sur la sexualité, les femmes blanches en particulier ont une tendance à considérer la sexualité avant le mariage comme moins porteuse de risques potentiels que les femmes de couleur.

L’étude a consisté à donner à lire à des étudiantes des articles de deux types provenant de différents magazines féminins et populaires. D’une part, un ensemble d’articles sur le rôle des femmes dans les relations sexuelles. Et d’autre part, des articles sur les loisirs et divertissements en général, sans lien avec la sexualité. Les deux groupes ont été chargés de remplir un questionnaire où différents champs du domaine de la sexualité étaient passés en revue : comportement avant le mariage, préoccupations vis-à-vis des dangers de transmission de maladies, attitudes en fonction des rôles de chacun et des relations sexuelles, etc.

La lecture des magazines n’est donc pas anodine. Les représentations quelque peu confuses de la sexualité féminine qui sont véhiculées par la culture populaire et les mass media sont susceptibles d’avoir des effets problématiques sur le développement de l’identité sexuelle des femmes, concluent les auteurs.

Psychology of Women Quarterly, 4 septembre 2012 (gratuit en téléchargement)

 Dr BÉATRICE VUAILLE

Source : lequotidiendumedecin.fr