Hollande entre en fonctions demain

La question du Premier ministre  Abonné

Publié le 14/05/2012
1337679300348178_IMG_83611_HR.jpg

1337679300348178_IMG_83611_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1337679292348174_IMG_83619_HR.jpg

1337679292348174_IMG_83619_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1337679296348175_IMG_83628_HR.jpg

1337679296348175_IMG_83628_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1337679299348177_IMG_83629_HR.jpg

1337679299348177_IMG_83629_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1337679297348176_IMG_83633_HR.jpg

1337679297348176_IMG_83633_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1337679298348226_IMG_83636_HR.jpg

1337679298348226_IMG_83636_HR.jpg

IL EXISTE une limite à l’importance du choix du Premier ministre : il ne peut qu’appliquer la politique inspirée par le chef de l’État. Le président Hollande prendra des décisions fortes, ne fût-ce que pour échapper à la réputation qu’il avait, en tant que Premier secrétaire du PS, d’être l’homme de la synthèse. On lui a beaucoup reproché, y compris au sein de son propre parti, sa méthode consensuelle. Elle ne le posait pas en ferme décideur mais elle lui a quand même permis de procéder au rassemblement qui l’a conduit à la victoire du 6 mai.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte