Valvulopathies et endocardite infectieuse

La prévention s'allège, sauf pour les patients à haut risque  Abonné

Par
Benoît Thelliez -
Publié le 20/12/2018

« Les données épidémiologiques publiées cette année et qui proviennent de bases de données nationales permettent de se faire une meilleure idée de l’hétérogénéité considérable du risque d’endocardite en fonction des antécédents des patients », explique le Professeur Bernard Lung, cardiologue à l’hôpital Bichat-Claude Bernard (AP-HP).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte