Une perte de fonction du gène protège le cœur

La piste des anti APOC3 se précise pour les coronaires  Abonné

Publié le 23/06/2014

Les thérapies ciblées toquent à la porte de la cardiologie. C’est ce que laisse penser une vaste étude publiée dans le « New England Journal of Medicine », qui vient d’identifier le gène de l’apolipoprotéine C3 (APOC3), comme nouvelle cible thérapeutique dans le risque cardio-vasculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte