La Mutualité tente une opération transparence sur ses frais de gestion

Publié le 05/12/2012
1354724343395829_IMG_95350_HR.jpg

1354724343395829_IMG_95350_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON

S’estimant victime « d’attaques infondées », la Mutualité a publié un argumentaire de 4 pages adressé aux présidents des groupements adhérents pour « dissiper tout malentendu et lever les idées fausses » sur les frais de gestion des mutuelles.

Ces dernières semaines, de nombreux médecins opposés à la création des réseaux de soins mutualistes ont pointé les « frais de gestion » des mutuelles. La FMF et les « médecins pigeons » (UFML) leur ont demandé de rendre publics leurs frais de gestion et les salaires de leurs dirigeants. Le syndicat le BLOC annoncé qu’il allait mettre en place un comparateur de mutuelles et trois médecins ont décidé de créer une nouvelle complémentaire santé dont ils s’engagent à limiter les frais de gestion entre 12 % et 15 %.

Des coûts de fonctionnement évalués à 16%

Alors que la ministre de la Santé a repoussé à 2014 l’obligation faite aux mutuelles de rendre publics leurs frais de gestion, la Mutualité sort de sa réserve. Dans ce document, elle précise que ces frais s’élèvent à 3 milliards d’euros annuels et qu’ils représentent 16 % des 20 milliards d’euros de cotisations perçues et non 20 % comme la ministre de la Santé l’avait estimé lors d’une intervention à Europe 1.

Non lucratives, la Mutualité ajoute que ces frais de gestion « servent uniquement à la protection santé des adhérents ». « Au-delà des frais liés au fonctionnement de toute entreprise, ils incluent aussi des frais liés à la délivrance de services tels que la gestion du tiers payant, la gestion des démarches contractuelles avec les professionnels de santé, l’animation de la vie démocratique, la prévention, l’éducation à la santé, l’action sociale qui constituent la vocation même des mutuelles », précise le document.

mutualite.png

La FNMF estime que les frais de gestion des mutuelles ne peuvent être comparés avec ceux de l’assurance-maladie (4 %) qui ne sont pas de même nature. « Pour se faire une idée des proportions, le secteur caritatif affiche des frais de gestion à un niveau comparable au nôtre : 17 % en moyenne (frais de collecte et de fonctionnement) », assure la Mutualité, citant une enquête parue dans Capital.

 CH.G.

Source : lequotidiendumedecin.fr