« L'Affaire de la rue de Lourcine », d'Eugène Labiche

A la mode Deschamps

Publié le 06/03/2007
- Mis à jour le 06/03/2007

LORSQUE L'ON POSSÈDE un univers aussi fort que celui de Jérôme Deschamps et Macha Makeïff, il est difficile d'aborder d'autres auteurs sans vouloir toujours surimposer son propre univers à celui des pièces que l'on monte. C'est ce qui se passe avec leur version de « l'Affaire de la rue de Lourcine », une terrible machine à cauchemar, souvent mise en scène, et par des artistes éloignés généralement de ce type de répertoire. Il y a dans ce Labiche bien plus qu'un farcesque vaudeville, mais quelque chose de noir, d'effrayant.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?