La maison de santé de Pyrénées-Belleville, « un modèle à développer », selon Anne Hidalgo

Publié le 14/10/2014
Hidalgo

Hidalgo
Crédit photo : S. Toubon

Inaugurée voici un an, la maison de santé pluridisciplinaire (MSP) Pyrénées-Belleville de Paris a reçu la visite mardi 14 octobre d’Anne Hidalgo.

La maire de Paris a estimé que cette maison de santé, qui n’abrite que des professionnels de santé pratiquant tarifs opposables et tiers payant, dans un arrondissement à la population fragile était « très stimulante pour nous, élus. C’est le modèle de ce qu’il faut développer » à Paris. Cette visite intervient avant la présentation, lundi 20 octobre, d’un plan de renforcement de l’offre de soins en secteur I « pour garantir l’égal accès à la santé de tous les parisiens ».

La MSP, située dans le XXe arrondissement de la capitale, est née de la volonté de deux médecins généralistes, Mady Denantes et Marie Chevillard. Déjà réunies au sein d’un pôle de santé (un regroupement de professionnels sans site physique commun) dans cet arrondissement de l’Est parisien, elles ont créé cette maison de santé avec l’appui de la municipalité.

Le tiers payant y est la règle

Le projet de santé vise à améliorer la coordination autour des patients atteints de maladies chroniques, à assurer l’accès à des soins de qualité, et à réduire les inégalités sociales de santé dans un quartier où les habitants présentent des facteurs de vulnérabilité tant sociale qu’économique.

La structure associe cinq médecins généralistes de secteur I et cinq infirmiers. Le tiers payant y est la règle. Les locaux appartiennent à un bailleur social qui les loue à la société civile de moyens constituée par les professionnels de santé. Elle a été cofinancée par la ville de Paris et l’ARS. Le pôle de santé, situé sur un territoire d’environ 40 000 habitants accueille pour sa part des pharmaciens, des kinés, des orthophonistes et des pédicures, en plus de professionnels de santé exerçant dans la MSP.

« Quand je suis arrivée ici, indique au « Quotidien » le Dr Chevillard, il y avait dix médecins généralistes dans le secteur, mais dans dix ans, il n’y en aura plus un seul ». Cette initiative aura permis d’inverser cette tendance.

« Beaucoup de professionnels de santé aimeraient exercer dans notre structure, précise le Dr Denantes, mais la place nous manque ». La MSP ne dispose que de 140 m2, alors qu’il en aurait fallu au moins 250. Un nouveau projet de maison de santé est donc à l’étude.

Henri de Saint Roman

Source : lequotidiendumedecin.fr