Athènes contre l’Europe

La dette dans tous ses états  Abonné

Publié le 19/02/2015
1424311894586896_IMG_147899_HR.jpg

1424311894586896_IMG_147899_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Si on a eu le sentiment, aussitôt après la victoire électorale de Syriza, que les nouveaux dirigeants grecs avaient quelque peu modéré leurs exigences, il n’en fut rien. La visite de Yanis Varoufakis, le sympathique et décontracté ministre grec de l’Économie, dans les capitales européennes, avait détendu la situation. Les dirigeants européens mettaient un point d’honneur à ne pas contester une élection parfaitement démocratique et qui satisfaisait les vœux d’une large majorité grecque.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte