La convention médicale fragilisée, selon la CSMF

Publié le 11/10/2011

Un peu moins de trois mois après avoir signé la convention médicale, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) liste 7 « menaces » qui planent sur l’avenir de cet accord.

Le syndicat s’inquiète du blocage du secteur optionnel qui devait être adopté par avenant conventionnel avant la fin septembre. Il dénonce la remise en cause par l’Assurance-maladie des mesures tarifaires prévues pour les spécialités cliniques et le retour de la taxation des feuilles de soins papier.

La Confédération regrette par ailleurs le gel de la simplification administrative, le retard pris dans le sauvetage du régime de retraite ASV (allocation supplémentaire vieillesse) et la réduction des enveloppes financières de la permanence des soins. Il pointe également la « fausse équité » inscrite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012 entre les objectifs de dépenses en ville et à l’hôpital. Le syndicat estime que l’ONDAM des soins de ville, fixé à + 2,7 % pour 2012, devrait être supérieur à celui de l’hôpital car il recouvre une grande partie des prescriptions hospitalières.

Face à ces 7 menaces, la CSMF appelle l’Assurance-maladie et le gouvernement à tenir leurs engagements et à ne pas trahir le pacte conventionnel. « Les promesses des derniers mois ne doivent pas se transformer en renoncements successifs », indique le Dr Michel Chassang, président de la Confédération.

 CH. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr