Cancer du sein précoce hormonodépendant

La chimiothérapie évitable chez de nombreuses patientes

Par
Publié le 19/06/2018
cancer du sein

cancer du sein
Crédit photo : phanie

L'étude TAILORx, publiée dans le New England Journal of Medicine (1), repose sur l’utilisation de l’un des quatre tests de signature génomique, Oncotype DX, qui permet d’analyser 21 gènes tumoraux et ainsi d'estimer, selon un score de 0 à 100 (recurrence score, RS), le risque de récidive à distance à 10 ans. Si au-dessus de 25 le risque de récidive nécessitait jusque-là un traitement par chimiothérapie, en dessous de 10 la patiente en était dispensée (faible risque de rechute). Ainsi, entre 11 et 25, la stratégie thérapeutique restait incertaine.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)