La belle vie

Publié le 26/01/2013

(L'anecdote c'est L., contributrice et amie d'avenir, l'écriture c'est moi, juste Merci !)

Alors voilà L., qui reçoit Mme G. en consultation.
Une femme sait reconnaître la beauté d'une autre femme.
L. ne peut que constater celle de Mme G. : 27 ans, cheveux blond cendré, yeux verts ourlés de longs cils noirs, sourire ravageur, peau ambrée, corps athlétique. 
Mme G. est avocate. Elle aime les bons livres, les bons vins, les longues balades, les belles peintures et les beaux mecs.
Mme G. est belle, elle aime les belles choses et les belles choses l'aiment. Elle mène « la belle vie ». 
L. de penser : « Elle, on peut dire que la nature ne l'a pas oubliée... »
L. pratique son examen du mieux qu'elle peut mais elle perd quand même le fil de l'interrogatoire, très déstabilisée : la beauté de Mme G. a quelque chose de perturbant, quasi surnaturelle. 

L. évoque le sujet de la contraception, Mme G. l'arrête :
- Vous n'avez pas lu mon dossier ?
- Non, pourquoi ?
Mme G. regarde L. de ses beaux yeux verts ourlés de longs cils noirs, elle secoue ses cheveux cendrés, penche son buste de statue grecque en avant, son sourire ravageur se voile tristement et elle dit deux mots :
- Agénésie utérine.
Si, finalement, la nature l'a oubliée...


Les gens ne sont jamais aussi heureux qu'ils le paraissent, je veux dire : les gens ne sont jamais VRAIMENT aussi heureux qu'ils le paraissent.

 

Anecdote initialement publiée sur AlorsVoilà

Revenir au sommaire.

> Baptiste

Source : lequotidiendumedecin.fr