Journée sans professions libérales : de nombreux cabinets médicaux fermeront le 30 septembre

Publié le 22/09/2014
unapl

unapl
Crédit photo : S. Toubon

La journée « sans professions libérales », organisée mardi 30 septembre à l’appel de l’UNAPL pour protester contre la dérégulation de certaines professions, gagne l’ensemble du corps médical.

Particulièrement touchés par le projet de loi « croissance et pouvoir d’achat », les biologistes médicaux libéraux joueront l’action unitaire. Des syndicats ont appelé les biologistes médicaux à suivre massivement la journée morte du 30 septembre prochain et à fermer leurs laboratoires ce jour-là.

Au nom des ophtalmologistes, le SNOF participera lui aussi à la grève organisée par l’UNAPL. « Nous appelons l’ensemble des ophtalmologistes à faire grève afin qu’ils expriment leur opposition au projet de loi "Croissance et pouvoir d’achat" et dénoncer l’impact que les mesures auraient sur la santé oculaire des Français s’il venait à être adopté », relève le Dr Jean-Bernard Rottier, président du syndicat.

Ce mardi, les branches généraliste (UNOF) et spécialiste (UMESPE) de la CSMF ont lancé des mots d’ordre dans le cadre de cette journée du 30 septembre. L’UNOF exhorte les médecins généralistes à fermer leurs cabinets, jugeant que de « graves dangers » menacent les généralistes libéraux (la colère vise aussi la loi de santé, le tiers payant généralisé...).

Groupes financiers

L’U.ME.SPE affirme de son côté que la déréglementation va favoriser la pénurie et la dégradation des prises en charge en permettant, entre autres, aux groupes financiers de rentrer au capital des sociétés. « Cela conduira à la mise en place de monopoles plus soucieux d’une rentabilité immédiate au bénéfice des actionnaires que de la qualité de réponse à l’usager. C’est déjà le cas pour la biologie, dans certains territoires, demain pour l’optique, puis d’autres spécialités », explique le syndicat.

L’U.ME.SPE./CSMF annonce des actions spécifiques (fermetures, manifestations, absence de télétransmission…) et déclinées localement le 30 septembre.

L’Union française pour une médecine libre (UFML) avait déjà appelé les médecins à soutenir cette journée d’« arrêt d’activité » de toutes les professions libérales. Le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML, dénonce « la financiarisation et la marchandisation du soin, le désengagement de la Sécurité sociale , le legs du système de santé aux financeurs, complémentaires santé ou fonds de pension ». L’UFML réclame le retrait total du projet de loi « croissance et pouvoir d’achat ». « On ne négocie pas avec la Santé et on ne transige pas avec l’indépendance », explique Jérôme Marty.

Ce mardi matin, le Syndicat des médecins libéraux (SML) a également appelé ses adhérents et l'ensemble des professionnels de santé à fermer leur cabinet le 30 septembre prochain et à manifester leur opposition au projet de loi « croissance et pouvoir d'achat ». Le syndicat va lancer dans les tout prochains jours une pétition nationale à destination des patients contre l'étatisation du système de santé. 

La Fédération des médecins libéraux (FML) s'associe à la journée de fermeture des cabinets du 30 septembre contre  « l'entreprise de dislocation du tissu libéral dans le pays ».

C. D. (Article mis à jour le 23/09)

Source : lequotidiendumedecin.fr