« Je me transforme en Dr Knock »

Publié le 25/01/2014
vignette commentaires

vignette commentaires

Coup de gueule, avis d’expert, coup de cœur ou témoignage… La rédaction du « Quotidien » distingue chaque semaine un ou plusieurs commentaires, parmi les centaines postés au fil des jours par les lecteurs internautes.

 

La prévention contre le tabagisme n'est pas que l'affaire des autorités sanitaires. Les médecins de terrain s'y collent eux aussi. Exemple avec le Dr G., gynécologue.

Il n'y a pas que les généralistes qui se fendent d'un petit topo sur le tabac ! Je suis Gynécologue, et n'arrête pas de mettre en garde mes patientes (souvent très jeunes) qui, avec 3 ou 5 cigarettes/j s'estiment être de petites fumeuses. Et " z'y va " que je me transforme en Dr Knock, en leur décrivant leurs artères tapissées de plaques, leurs poumons gris ardoise avec des risques de cancers bien plus importants que ceux de la gent masculine  - les femmes étant de petites choses fragiles - leur peau (flétrie avant l'âge, argument massue), les risques carcinogènes pour leur col (ça les étonne toujours)... Une consultation d'où elles ressortent tremblantes, complètement déprimées ! Et pour quel résultat ? Pour qu'à la fin de l'année, une ou deux d'entres elles (seulement) me déclarent que mon discours a porté ses fruits et qu'elles ont arrêté de fumer...
Les autres , c'est "parle à mon cul , ma tête est malade" !
Donc, pour moi , il n'y a qu'une seule solution : AUGMENTER encore le prix du tabac ! Il s'agit d'un risque volontaire. La Sécu prend toutes leurs dépenses de santé en charge, la collectivité payent pour les tabagiques, il serait normal qu'ils soient responsabilisés sur le plan financier... S'ils déclarent qu'ils continueront de fumer, qu'ils se priveront sur d'autres postes de dépenses (loisirs, distractions des enfants,  nourritures...), et bien très bien. Ils établissent leurs priorités comme ils le veulent.     

Posté le 22 janvier 2014 par le Dr I. G.. Voir tous les commentaires sur le sujet : « Arrêt du tabac : la HAS en appelle aux généralistes »


Source : lequotidiendumedecin.fr