« Je l’ai fait comme tant d’autres » : Theresa May promeut le frottis au Parlement britannique

Par
Publié le 25/01/2018
MAY THERESA

MAY THERESA
Crédit photo : AFP

Le décès en janvier 2017 d’une jeune anglaise, Amber Rose Cliff, atteinte d’un cancer du col de l’utérus a relancé le débat au Royaume-Uni sur la prise en charge par l’assurance-maladie du frottis de dépistage, non remboursé pour les femmes de moins de 25 ans.

Le Premier ministre, Theresa May, a été interpellée sur le sujet le 24 janvier à la chambre des Communes par la député travailliste Julie Elliott.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)