IVG et mariage homosexuel dans les débats présidentiels aux États-Unis

Publié le 09/02/2012

Les questions de société comme la contraception et les droits des homosexuels se sont invitées dans les débats entre démocrates et républicains avant l’élection présidentielle de novembre aux États-Unis. Les adversaires du président démocrate sortant Barack Obama l’ont accusé mercredi de se livrer à une attaque « systématique » de la religion avec sa réforme de l’assurance-maladie, dont une disposition va obliger les assureurs à rembourser les dépenses de contraception. Lors d’un discours virulent au Congrès, le président de la Chambre des représentants John Boehner s’en est pris à cette nouvelle règle, estimant qu’elle « constituait une attaque sans équivoque contre la liberté de religion dans notre pays ». À partir du 1er août, tous les nouveaux contrats devront comprendre ces dispositions. Les assureurs qui, sur la base de leurs croyances religieuses, ne fournissaient pas de couverture pour la contraception, auront un an de plus, jusqu’au 1er août 2013, pour se conformer aux nouvelles règles. Cette obligation a été contestée par la conférence des évêques américains.

Républicains et démocrates s’opposent aussi sur le mariage homosexuel. La chambre des représentants de l’État de Washington a voté mercredi une loi légalisant le mariage homosexuel, qui doit être promulguée dans les prochains jours par la gouverneur démocrate de l’État de Washington, Christine Gregoire. Cette dernière avait affirmé le mois dernier qu’elle était favorable au texte et qu’elle le promulguerait s’il était voté par les parlementaires. La promulgation de la loi ferait de Washington le septième État des États-Unis à autoriser le mariage homosexuel, après le Connecticut, l’Iowa, le Massachusetts, le New Hampshire, le Vermont et New York. Les opposants au mariage homosexuel ont déjà annoncé qu’ils essaieraient de soumettre à référendum l’abrogation du texte en novembre prochain. S’ils obtiennent le nombre de signatures nécessaires à un tel référendum, la loi sera suspendue jusqu’au résultat de la consultation. Mais la décision de la cour d’appel de San Francisco, rendue mardi sur le cas californien, pourrait décourager une telle initiative. Les juges ont en effet jugé « anticonstitutionnel » un référendum de 2008 interdisant le mariage homosexuel en Californie, estimant qu’on ne pouvait retirer à une partie de la population, au motif de son orientation sexuelle, un droit qu’on lui avait auparavant accordé.

 Dr L. A.

Source : lequotidiendumedecin.fr