Intoxications au CO, une mise en garde de l’INPES

Publié le 31/01/2012

Le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité par toxique en France. C’est ce que rappelle l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). Le gaz est invisible, inodore et non irritant et peut être mortel en moins d’une heure. Chaque année, on dénombre une centaine de décès. Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS) 77,5 % des Français sont équipés d’au moins un appareil de chauffage à combustion et sont donc potentiellement concernés. Pourtant, parmi eux, seuls les trois quarts ont conscience d’avoir à leur domicile des appareils susceptibles d’émettre du CO. La chaudière est la source d’intoxication la plus fréquente (42 %), mais on observe une augmentation importante des intoxications dues à une utilisation inadaptée d’un groupe électrogène. Depuis septembre 2011, l’InVS a dénombré 1 798 cas d’exposition à des émanations de monoxyde de carbone et le décès de 9 personnes. L’INPES rappelle les symptômes qui doivent alerter, à savoir maux de têtes, nausées et vomissements. En présence de ces signes, une réaction immédiate est nécessaire. Dans une brochure, téléchargeable sur le site www.inpes.sante.fr, l’institut explique les bons réflexes à adopter en période hivernale. Il convient par exemple de ne jamais placer un groupe électrogène dans un lieu fermé, il est préférable de faire vérifier les installations à risque avant chaque hiver et d’aérer au moins 10 minutes par jour les habitations.

C. R.

Source : lequotidiendumedecin.fr