Dossier

Une normalisation condamnée par le Parlement européen

Intersexes : la chirurgie précoce ne passe pas Abonné

Publié le 25/02/2019
Intersexes : la chirurgie précoce ne passe pas

intersexe
SEBASTIEN TOUBON

« Mon corps a été rendu malade par les pratiques médicales », dénonce Mathieu Le Mentec, qui se définit comme « intersexe ». Pour que son anatomie corresponde à celle attendue pour un garçon, il a subi sept opérations de 3 à 8 ans, ainsi que des traitements hormonaux jusqu’à 16 ans. Comme lui, chaque année en France, on estime qu’environ 200 enfants (une naissance sur 4 000) naissent avec une différence du développement sexuel (DSD selon l'acronyme anglais), un terme consacré en mai 2018 par un consensus d'experts (1). Une partie relève d’une ambiguïté…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte