Information judiciaire après le décès d’une enfant suite à une amygdalectomie

Publié le 22/03/2012

Le parquet d’Avignon a ouvert une information judiciaire après le décès, le 12 mars, d’une fillette de six ans opérée des amygdales quatre jours plus tôt. L’information a été ouverte pour « homicide involontaire » et « non-assistance à personne en danger ». L’enquête a été confiée à un juge d’instruction qui devrait probablement ordonner une expertise médicale. Le 8 mars, la petite fille est opérée des amygdales dans une clinique privée d’Avignon et sort le lendemain. À la suite de la dégradation de son état de santé (enfant amorphe, ne mangeant plus et qui « vomit du sang », selon ses parents), elle est conduite aux urgences de l’hôpital public d’Avignon le 11 mars. Les médecins rassurent les parents et laissent repartir l’enfant. Le 12 mars, son état s’aggrave : hémorragie et coma, le décès survenant en fin d’après-midi. « Une opération des amygdales n’est pas bénigne, ça paraît anodin mais ça peut entraîner des complications », a rappelé le parquet d’Avignon, soulignant que l’enquête allait permettre de déterminer s’il y a eu faute médicale ou pas, lors de l’intervention ou du passage de la fillette aux urgences. Le parquet de Tarascon (Bouches-du-Rhône), saisi dans un premier temps après la plainte des parents qui mettent en cause la clinique privée et les urgences de l’hôpital public, avait ouvert une enquête de « recherches en causes de la mort » avant de se dessaisir au profit de son homologue d’Avignon. Selon le procureur de la République à Tarascon, Christian Pasta, l’autopsie avait révélé « que la petite fille (était) décédée directement des suites de l’intervention ».

 Dr L. A.

Source : lequotidiendumedecin.fr