Transplantés d’organes ou de moelle osseuse

Immunosuppression et syndromes lymphoprolifératifs

Publié le 05/03/2006
- Mis à jour le 05/03/2006

La notion d’une entité à part

Les principales complications malignes de l’immunosuppression sont les lymphoproliférations post-transplantation (LPT), le cancer spinocellulaire de la peau, le sarcome de Kaposi, le carcinome vulvaire et les tumeurs hépato-biliaires. Nous allons nous limiter ici aux seules LPT qui représentent 15 à 30 % des cancers développés après transplantation d’organes.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?