Hôpital : le Dr Petroff élève la voix contre la T2A et la course aux examens

Publié le 05/04/2012

Invitée mercredi par le parti Europe Écologie-Les Verts à s’exprimer sur les difficultés d’accès aux soins à Paris, le Dr Évelyne Petroff, illustre gynécologue obstétricienne de la maternité des Bleuets, a dressé un sombre tableau de la pratique depuis la mise en place de la tarification à l’activité (T2A).

Le Dr Petroff a longuement insisté sur « l’incompatibilité » entre ce mode de financement et sa profession.

« Mettre au monde un être humain, ce n’est pas qu’un acte, ce n’est pas qu’une expulsion fœtale, a-t-elle argumenté. On nous dit, à l’hôpital, que nous sommes passés l’an passé de 19 % de césariennes à 16 % cette année. Soit 80 000 euros en moins dans les caisses. Ce discours, aberrant pour les médecins, remet en question toute la conception de notre profession ». Et de rappeler qu’en 2007, « lorsque les Bleuets se trouvaient dans le 11e arrondissement de Paris, nous pratiquions 1 950 accouchements par an. Aujourd’hui, la T2A nous oblige à en faire 3 000 ».

Proche des idées défendues par la candidate Éva Joly, le Dr Petroff a souhaité « valoriser l’éducation thérapeutique du patient comme du médecin » et a dénoncé « la course à l’examen complémentaire ». « On confond hôpital et plateau technique, a-t-elle précisé. Sauf que le coût de ces appareils, au même titre que le secrétariat, nécessite de gagner 37 % de plus que ce que rapportent actuellement les 23 pauvres euros de notre consultation ».

 ANNE BAYLE-INIGUEZ

Source : lequotidiendumedecin.fr