Hôpital : coups de feu aux urgences d’un hôpital de Saint-Denis

Publié le 26/08/2013
1377531483449403_IMG_109491_HR.jpg

1377531483449403_IMG_109491_HR.jpg
Crédit photo : DR

Un homme devait être mis en examen lundi après avoir tiré trois fois sur un couple à l’entrée des urgences de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Âgé de 22 ans, le tireur est mis en cause pour « tentative d’homicide » sur les deux personnes visées, un conducteur avec lequel il avait eu un accrochage quelques heures avant et sa compagne. Deux aides-soignantes se trouvaient dans la salle d’accueil des urgences devant laquelle les coups de feu ont été tirés.

« Une goutte d’eau de plus dans le vase »

Lundi, la direction s’employait à rassurer le personnel de cet hôpital qui compte 80 000 passages annuels aux urgences adultes, gynécologiques et pédiatriques, au cœur d’un département confronté à un taux de délinquance élevé, et où de nombreuses armes à feu circulent. « Il y a un volume important de gens qui se présentent aux urgences [et] la sécurité est l’une de nos préoccupations : les équipes soignantes et de sécurité anticipent au maximum », notamment pour réduire l’attente, source de frustration et de tension, a expliqué la directrice adjointe de l’établissement, Catherine Vaucosant.

« Ca relève d’un fait divers, mais c’est une goutte d’eau de plus dans le vase », a déclaré le secrétaire général adjoint de la CGT à l’hôpital, Philippe Su, réclamant davantage d’effectifs médicaux et de sécurité. « On vit dans l’agressivité et la violence, qui atteint le même niveau qu’à Marseille », où un infirmier a été blessé mi-août d’un coup de couteau.

Une infirmière agressée

Par ailleurs, l’association des médecins urgentistes de France (AMUF) dénonce une nouvelle agression d’une infirmière au service des urgences de Bourgoin-Jallieu (Isère).

Selon l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS), 25 % des faits de violence à l’hôpital ont été signalés dans les services de psychiatrie, 14 % aux urgences et 10 % en gériatrie en 2012. Moins de 2 % des violences rapportées relèvent du crime et de la menace ou violence avec arme.

 A.B.-I. (avec l’AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr