Hébergement d’urgence : les maires, « démunis », interpellent l’État

Publié le 14/03/2012

Une cinquantaine de maires d’Île-de-France et de parlementaires ont signé un appel au Premier ministre pour l’organisation d’états généraux de l’hébergement d’urgence, initiative lancée par le maire de Pantin, Bertrand Kern (PS).

« Nous en appelons au Premier ministre pour que les moyens nécessaires soient débloqués pour assurer l’hébergement d’urgence et l’accompagnement des populations en grande précarité, qu’elles soient d’origine communautaire ou extra-communautaire, qui ont trouvé refuge dans nos villes », écrivent-ils. Les maires affirment aller au-delà de leurs prérogatives légales pour apporter de l’aide aux démunis, en collaboration avec les associations humanitaires et caritatives. Or « l’hébergement d’urgence relève de la responsabilité de l’État », rappellent-ils, ajoutant qu’aujourd’hui, face à l’aggravation de la situation, ils se sentent « démunis et impuissants ».

Les élus signataires, dont Bertrand Delanoë, qui avait dénoncé à plusieurs reprises la politique du secrétaire d’État au logement, Benoît Apparu, « demandent au Premier ministre d’augmenter et de pérenniser les places d’hébergement d’urgence au-delà du 31 mars et du terme de la période hivernale ainsi que la création de places supplémentaires en centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) ».

 C. G.

Source : lequotidiendumedecin.fr